Les locaux utilisaient les mots « épique », « chantier » ou encore « dantesque » lorsqu’ils évoquaient cette troisième étape du Sportbreizh, on peut dire qu’ils ne mentaient pas…

Le cadre du départ de cette étape était tout bonnement exceptionnel. La pointe du Raz, cet amas de roches situé tout à l’Ouest de la Bretagne, offre un décor de rêve pour le lancement de cette journée inoubliable.
À 12h30, les coureurs s’élancent sur les premières routes déjà très exposées au vent. L’allure est rapide, la nervosité palpable, le peloton se tend et les plus faibles décrochent rapidement.
Côté Aixois, le début de course se passe sans encombre. Les premiers Gweojenn (chemins de terre/pierre) sont franchis sans trop de conséquences mécaniques. Au kilomètre 50, le directeur de course lance un appel à la voiture des « Vert et Noir » pour un dépannage. En réalité, Julien Trarieux vient de tomber. Sans hésiter, Odrian Champossin laisse son vélo à Julien afin qu’il reste en contact avec le peloton. Odrian récupère son vélo de rechange, la voiture remonte au peloton pour donner au Niçois un vélo à sa taille puis attend Champossin pour l’aider à revenir dans le peloton principal. Après quelques kilomètres de chasse, la moto ouvreuse de l’organisation semble hésitante. Le directeur sportif et son coureur ne sont plus sur le parcours… Très loin du bon tracé, Jean-Michel Bourgouin n’a guère le choix et doit regagner la course sans son coureur (Odrian rejoindra l’arrivée sans difficulté par les axes principaux mais est contraint à l’abandon).
De retour sur la course, trois hommes ouvrent la route (Brunel, Journiaux et Maître). L’échappée possède trois minutes d’avance. Au kilomètre 100, les chemins et les côtes se succèdent une nouvelle fois. L’enchaînement fait de gros dégâts et un groupe de 6 coureurs part en contre. Sous l’impulsion de Matthieu Converset, les 6 hommes reprennent rapidement le premier groupe. L’entente est excellente et l’écart est d’une minute à l’entrée du circuit final de 5 kilomètres à parcourir six fois. Une nouvelle fois malchanceux, Matthieu Caramel est percuté par un concurrent qui lui casse le dérailleur. Il repart à l’énergie sur un nouveau vélo et regagne sa place dans le peloton.
Débute un bras de fer entre les échappés et le peloton d’une quarantaine d’unités. L’UC Nantes Atlantique roule pour son leader Madouas mais les forces manquent. Les tours passent et l’écart se maintient autour des 45 secondes. Devant Matthieu Converset fait le gros du boulot dans la bosse. Dans l’ultime tour, il attaque à de multiples reprises. La victoire va se jouer au sprint. Il produit son effort de très loin et se fait déborder par le très rapide Axel Journiaux (Vendée U) à 100 mètres du but.

Matthieu termine à une magnifique deuxième place et fait un beau rapproché au classement général (9ème). Collectivement, l’équipe a été très forte avec 3 coureurs dans le petit peloton à 40 secondes. Ivan Schmitz a craqué dans le dernier tour. Avec 35 points de glanés pour la Coupe de France, l’AVC Aix conforte sa 7ème place au classement général.

La sportbreitbreizh Classements 3ème étape

Photos :